Fragments de Journal



1955. Dans l'obscure église del Carmine m'était révélé Masaccio. Une passion qui décida de mon itinéraire. Deux ans
Je soupçonnais l'imposture
de la nouveauté.
plus tard, Scuola della Porta Romana.
En vain j'interroge. Etudier la fresque,
la touche des Anciens : On sourit, on
hausse les épaules. Livrée à moi-mê-
me, j'hésite. Avec Kokoschka, tenta-
tion de la couleur. La forme en état
d'alerte me convient. Mais la rencontre
de deux peintres, G. Watorsky et C.
Rutemberg, devait me détourner du
rouge que parfois d'un regard envieux
je dérobais, seulement pour mémoire,
à un Titien, à un Latour, à la Laura de
Giorgione qui exigea ce voyage à
Vienne et la présence du gardien
derrière moi, jour après jour plus
méfiant, ne comprenant pas mon attention fascinée pour la grande, mystérieuse oreille cramoisie.
Renoncer à la couleur. Je découvrais
l'équivalence des tons. Le gris substitué
au rouge, l'intensité devient une question
de rapport. Morandi - le maître incontesté
de la nuance - m'ouvrait le regard sur de
nouveaux parcours, si contraires à la
couleur du moment. Le temps de cuisson
était à découvrir. L'impersonnel s'imposait,
les plus grands artistes me semblaient
anonymes.
Nature morte. 8

Certes la souffrance en tout temps fut bavarde, l'enfer inspira les plus grands pinceaux de l'histoire. Mais aussi pourquoi ne pas l'exprimer par de quelconques objets?


Usines. 1-3

Mystère des lieux inhabités: cimenteries, cylindres des gazomètres, usines : gigantesques natures mortes.


Qui décèle dans l'oeuf
les forces telluriques
devine
le secret,
la quintessence de l'explosion.


Les Mayas

Pourquoi ces placides baigneuses quand tout en moi réclamait la couleur, la violence des formes? Cette apparence de calme dissimulait mon cri, donnait un nouveau sens à la révolte qui m'habitait.


Les gloutons. 1 Seveso

Un avenir
où se préparaient
d’étranges, de monstrueuses
fornications
Les gloutons. 3



La Fille de Georges

ne reconnut plus
son corps de baigneuse.
La tristesse, l’acharnement furieux contre ce démantèlement
de membres,
cette impossibilité
d'être
l'exhibe, la malmène
aux yeux de
tous
La fille de Georges



Les trois Grâces Refus de désavouer le corps, le visage, à l'ère du nucléaire où l'homme n'est qu'accessoire.

Rosette. 3



A toute fin inutile

né de l'utérus d'acier...




Ecce homo
Voici le robot !
Les Parques




Avec un détail de La victoire d’Heraclius sur Chosroes de Piero
della Francesca, avec les anges de l'Apocalypse de Signorelli
- anges Robots exterminateurs - je vis deux expressions préfigurant
le massacre impersonnel des guerres occidentales. Coude tel un
boulon. Le maître d'Orvieto répondait à ma question du moment :
Interférence du corps et de la machine, chaque pièce correspondant
à un organe. Ainsi m’apparurent Les Officiels et Le Grand Bluff de
la Guerre
.
Les officiels
Le grand bluff de la guerre


Le «noir » troua la toile en diverses occasions. Néanmoins, bien plus qu'une couleur il est un vécu, une dimension, une connaissance dévoilée avec le temps. Je pense au Titien, je pense à Goya et je pense à Rembrandt.

Guerre. 3

Une fascination pour le martyre et l'héroïsme suicidaire avait faussé l'idée même de la révolte.
Douleur, dénuement allongent leurs cortèges vers d’innommables solitudes,
toute fureur rendue impossible sur les traits usés des précoces vieillards.
Le grand Christ de Grünewald se multipliait, d'autres veillaient à l'extermination.


L’événement n'est que spectacle.




Témoigner...
Comme tu l'as voulu


     Nous les voyons alors fermer les yeux.

L'artiste ne doit plus être que le bouffon chargé de les divertir.



Portes fermées,
dans l'incommunicable,
dans le froid.


Seul le regard affûté par le temps excède l'angoisse de l'image, la reconnaît pour piège, une manière irresponsable de contempler l'histoire. A l'instant, l'écoute et le voir, coloration musicale tels de vibrants, subtils glacis me révèlent la lumière. Schütz, Les sept paroles du Christ, larme sur la paupière rougie de la vierge d'une petite toile de Van der Goes. Comme tu l'as voulu Hier, déjà, des Leçons de ténèbres de Couperin, une impression, une vision s'élabora: une femme de ses bras maigres repoussait un massacre.
L'argument m'apparut par delà l'image, ainsi qu'une longue, patiente méditation picturale.




..........................................................................




A la frontière du "je",
L'anonciation

un pas,


et l'autre est là, de toute sa différence.



..........................................................................




Expositions :
Pro Arte (Saint-Saphorin)
Musée Rath (Genève)
Galerie de la Tour de Boël (Genève)
Palais des Nations (Genève)
Galerie Aurora (Genève)
Petit-Palais (Genève)
Galerie Foresto (Genève)
Salon de Mai (Paris)
Feminie dialogue (Paris)
Musée cantonal des beaux-arts (Lausanne)
Palais des Nations (Genève)
Galerie 2016 (Hauterives)
Galerie Motte (Genève)
Galerie Picpus (Montreux)



Catalogue